Peut-on suivre le Père Noël ?

Publié le par Charlotte

Ah, pas facile d'écrire pendant les vacances ! Je me résouds à tapoter mon clavier avec Petit Loup sur les genoux qui essaie de guider mes doigts en chantant des notes de musique, comme s'il jouait du piano ! Mais je tenais à saluer les nouveaux amis lotois qui m'ont annoncé hier qu'ils avaient parcouru ce blog avec plaisir... Pas facile maintenant de raconter ce dîner magnifique (les assiettes carrées noires et le ragoût aux pruneaux !) qui était aussi une réunion de préparation pour une rencontre d'Art'zimuts en janvier... ça me change des réunions associatives dans les salles de quartiers à Vitry autour d'une table en formica ! (mais comme vous le savez tous, s'il y a une chose que j'appréciais beaucoup à Vitry, c'est l'intense vie associative). Ce que je veux dire sérieusement de cet échange, c'est : voilà une tentative d'expérience démocratique au sein d'un groupe de personnes, actives dans la vie culturelle et "le développement local", qui veulent partager le pouvoir de penser. Penser, concevoir, créer, est souvent le privilège de l'élite culturelle ou intellectuelle des associations. Est-ce cela qui s'est passé au début des rencontres estivales d'Art'zimuts, ces 10 jours de stages et de spectacles tous les ans au mois d'août? Une foule de stagiaires, une armée de bénévoles. Après dix ans d'existence, les "meneurs" de cette "structure" (je mets tous les mots entre guillemets tellement je sens qu'ils représentent très mal une réalité décalée et assez novatrice) - je disais donc les meneurs veulent demander au plus grand nombre de participants de s'impliquer en amont. Pas juste aider, servir (ça, c'est du vocabulaire religieux si je ne m'abuse !) mais réfléchir, exprimer un vrai désir de ce que peuvent devenir ces rencontres. Et donc se prendre en charge, devenir plus responsable de soi et du groupe. Si j'ai bien compris. L'expérience se poursuit et si les "chevilles ouvrières" sont d'accord j'en donnerai quelques échos régulièrement.
Ici j'introduis en aparté une interrogation sur ma propre méthode. Pour rédiger ce blog, la question reste : faut-il oui ou non citer les noms (allez, soyons souples : les prénoms) des personnes dont je parle ou se contenter d'un vague "le prof" ou "une qui vient au cours de danse" ou "celui qui joue de la trompette", pour respecter la confidentialité de leur vie et de leurs paroles dites en privé ? Pour l'instant je reste discrète au risque de ne pas leur donner la reconnaissance méritée. Au lieu de cela je vais enscenser le pays, OK ? Ce magnifique pays lotois qui nous a donné de la neige à Noël. Un vrai Noël blanc. Sur les chemins immaculés j'ai vu en plusieurs endroits des traces de bottes pointues avec un talon fin. Les enfants n'arrivent pas à croire qu'il s'agit des empreintes du Père Noël. A mon avis ce vieux routard s'est payé les services d'une VRP ou plutôt d'une attachée de presse qui parcourt les rudes contrées à sa place. Bon, comme j'ai pas mené une enquête digne de ce nom, je laisse la place à l'image.

Publié dans récits de campagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claudine Didion 30/12/2008 00:28

Biens chers lotois de Bretenoux,

Je viens de lire tous les articles de " Charlotte " qui est très prolixe ..
Bravo, le Lot semble vous réussir
Vous êtes dans une b elle région ( nous étions à Terrou à Cap France - peut être un débouché pour Benoît , pour occuper les vacanciers ??? - Je vous souhaite une très très bonne année
Claudine , la copine de Martine ...