Pâquerette

Publié le par Charlotte

Entre deux averses, je regarde verdir mes pousses de cresson et de radis, et parfois le soleil nous offre quelques journées de plein été. Mais les projets poussent moins bien que le cresson. Plusieurs se sont effondrés, nous laissant désemparés et un peu en colère, contraints de réviser nos acquis, nos certitudes. Conclusion de Marcus : "finalement, le plus important n'est pas d'avoir plein d'idées mais de préserver l'envie". L'envie de vivre et d'agir, si nécessaire au chômeur qui s'étiole viré de son usine, comme au fonctionnaire qui a quitté ses dossiers et au potier loin de ses clients. La confiance également, tout aussi nécessaire, tout aussi fragile. Après les vacances avec les enfants et quelques amis précieux qui nous ont fait la joie de nous rendre visite malgré la pluie de Pâques, j'ai hâte de me remettre au travail. Au moins j'ai la chance de pouvoir me donner un travail, intéressant en plus. Même s'il n'est payé que dans trois mois ou jamais, il est là, il me tient debout.

Publié dans ça se construit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article